Photovoltaïque : centrales solaires villageoises

Issues d'une expérimentation menée dans les Parcs naturels régionaux de la Région Rhône-Alpes, les Centrales Villageoises sont des sociétés locales qui ont pour but de développer les énergies renouvelables sur un territoire en associant citoyens, collectivités et entreprises locales.

En effet, suite à de multiples démarchages commerciaux pour du solaire photovoltaïque en toiture d'habitations, mais aussi à des retours d'expérience négatifs à cause d'installations mal conçues ou peu appropriées, de nombreux habitants du Vercors ou des Hautes-Alpes se sont interrogés sur l'intérêt réel de l'énergie photovoltaïque.
Dans le même temps, certains habitants dont les toitures étaient très compatibles avec le photovoltaïque ne pouvaient pas développer de photovoltaïque car leurs maisons étaient situées en zone classée (périmètre de protection du patrimoine).
image pv_1.jpg (81.5kB)
Centrale villageoise solaire en construction à Rosans (05)

Convaincue que ce n'est pas le principe de cette énergie qui pose question, mais plutôt sa mise en œuvre, l'association Rhône Alpes Energie Environnement a proposé une animation pour une mutualisation autour du solaire photovoltaïque à travers des centrales villageoises.

Le principe est de partager une ressource renouvelable locale (même pour les personnes non propriétaires d’un toit bien exposé) avec une gouvernance locale, c'est à dire de mutualiser l'investissement des panneaux photovoltaïques et les bénéfices de la revente d'électricité entre habitants, en choisissant les toitures les plus adaptées par rapport à leur orientation, leur hauteur, leur pente...

image pv2.jpg (0.1MB)
Le 8 juin dernier, la SAS Centrales Villageoises Rosanaises a mis en service les 8 installations de son premier projet photovoltaïque, situées à Rosans (Hautes-Alpes). Le projet totalise 56 kWc et devrait produire environ 73 MWh par an.
L'association a organisé des réunions publiques de sensibilisation et de mobilisation autour du projet, qui a permis de mettre en place un comité de territoire pilotant les décisions locales.
Puis ce comité a recherché un site d’implantation pour le 1er projet photovoltaïque sur le territoire.
D'un point de vue juridique, une SAS ou une SCIC peut être créée tandis que des baux emphytéotiques pour la location des toitures ont été mis en place.
Les travaux d'installation en toiture ont été pris en charge par la société locale et déduits des loyers
Ce sont aussi les études paysagères et architecturales et les études techniques (raccordement, etc) qui ont été mutualisées, pour diminuer ces coûts.
Le retour d'expérience montre que ce système est rentable avec un noyau d’installations de 9 kW.

Pour en savoir plus : www.centralesvillageoises.fr


>> transférer cette méthode à l'échelle des zones d'activité du territoire ?
C'est l'une des actions identifiées lors du diagnostic du projet Eco-produire en Armorique, et actuellement en cours !